Comment Fontaigue a amélioré la qualité de vie de la famille Le Ray, dans le Périgord Noir ?

16 novembre 2018
Courir, c’est mieux vivre !
12 octobre 2018
3 conseils hydratation pour contrer le froid
9 février 2019

Etude de cas : bienvenue chez la famille Le Ray !

Fontaigue vous emmène à Saint Germain de Belvès, charmant petit village du Périgord Noir de moins de 200 habitants, perché sur une colline où l’on découvre la vallée de Siorac-en-Périgord, au cœur de la Dordogne. Foie gras, confit de canard et confiture de noix font partie des nombreuses spécialités gastronomiques de cette bourgade d’à peine 7 km². C’est donc ici que la famille Le Ray, équipée d’une centrale Fontaigue, nous a accueillis pour un retour d’expérience qui démontre encore une fois tout l’intérêt de nos centrales de filtration de l’eau dans l’amélioration de la qualité de vie des particuliers.

La problématique de la famille Le Ray : inconfort, charges cachées et préoccupations environnementales

Comme tous les habitants de cette région, à une trentaine de kilomètres de Sarlat, la famille Le Ray (un couple avec un enfant) doit composer avec un taux élevé de calcaire, ce qui impacte de nombreux aspects de la vie quotidienne :

  • Le goût de l’eau est problématique, à cause des propriétés des roches et de la typologie du sol de la région. La présence systématique de dépôts calcaires au fond des récipients favorise la fixation des odeurs, donnant ainsi à l’eau un goût typique de « renfermé » ;
  • L’eau douce est indispensable à la bonne santé de la peau. Tiraillements, rougeurs, démangeaisons, sécheresse cutanée et poussées inflammatoires sont malheureusement notre lot dans un environnement dominé par une eau dure. Mme. Le Ray souffrait en effet de plaques rouges sur la peau et d’un certain inconfort cutané au quotidien ;
  • A cela il faut ajouter d’autres contretemps, comme le fait de devoir mettre du vinaigre blanc dans la bouilloire tous les trois jours pour neutraliser les dépôts calcaires, l’usure accélérée du matériel de cuisine, de la machine à laver, du lave-vaisselle, etc.

Pour remédier à la situation, la famille Le Ray a d’abord fait le choix de la bouteille d’eau en plastique, à raison de deux packs de 6 bouteilles d’un litre et demi par semaine, soit un budget moyen de 137 € par an. A ce budget, il faut naturellement ajouter les charges cachées liées à l’usure des appareils électroménagers, l’inconfort quotidien et l’impact sur l’environnement. La famille Le Ray est particulièrement sensible à ce dernier point, et à juste titre : l’eau potable, plate, non réfrigérée et issue du robinet de la maison consomme 1 000 fois moins d’énergie que l’eau minérale en bouteille, avec un impact écologique 50% plus favorable à planète*. Nous vous en parlions ici.

La centrale Fontaigue OPUR 700 à la rescousse !

Il y a 4 ans, la famille Le Ray avait entendu parler des solutions Fontaigue à l’occasion d’une rencontre organisée par le BNI Sarlat Développement, un groupe réunissant une quarantaine d’entrepreneurs de la région sarladaise. C’est donc logiquement qu’elle nous a contactés pour nous faire part de sa problématique, de son intérêt pour la cause environnementale mais aussi pour nous poser des questions en lien avec le fonctionnement de nos centrales de filtration de l’eau du robinet. Nous avons donc mobilisé nos équipes pour amener et installer le matériel dans la maison de 120 m² que la famille loue dans la région. Nous avons également offert à la famille de lui déménager le système sans frais dans l’éventualité dans un déménagement. Résultat :

  • Les bienfaits sont visibles sur la peau et les cheveux. La douche et le bain reprennent leur place de gestes bien-être du quotidien, et ça, ça n’a pas de prix ;
  • Le thé, rituel matinal de la famille, redevient un petit moment de plaisir ;
  • La bouilloire reste impeccable, on n’achète plus de vinaigre blanc chez les Le Ray depuis février dernier ;
  • Le réfrigérateur n’est plus pris d’assaut par les 12 bouteilles d’eau d’un litre et demi hebdomadaires ;
  • Des économies ont également été réalisées sur les produits lessiviels et ménagers, dans la mesure où les achats spécifiques (produits anticalcaire pour la salle de bain et le sol) ne sont plus d’actualité.

Nous repartons donc de chez les Le Ray, une fois de plus, avec l’agréable constat du travail bien fait. Venir à bout du calcaire et des autres polluants, faire des économies, améliorer la qualité de vie, mieux respecter la planète… la famille Le Ray n’hésite d’ailleurs pas à recommander les centrales Fontaigue à son entourage !

 

* Ces données sont issues d’une étude menée par Esu-Services, spécialiste de l’impact du cycle de vie des produits sur l’environnement sur mandat de la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE).

X